Le site d'une ville naturellement entreprenante

Mairie de La Souterraine

Coordonnées

1, rue de l’Hermitage - BP5 - 23300 La Souterraine

Tél : 05 55 63 97 80 - Fax : 05 55 63 97 99

Par mail, cliquez ici

Permanence

Jeudi 21 Février 2019
Elu : Guy Dumignard
-- -- -- -- --
07 89 09 38 64
Personnel : Gardien
-- -- -- -- --
06 49 53 77 68

Vous êtes ici

La lanterne des morts


C’est en Limousin qu’on trouve la plus forte concentration de lanternes des morts en France. Les départements de la Creuse et de la Haute-Vienne en dénombrent une vingtaine à eux deux.

Les lanternes des morts figurent parmi les constructions les plus insolites que nous ait légués le passé, datant des environs du XIIe siècle. Une lanterne des morts est un édicule (une petite construction) en pierre de différentes formes. Elle se compose d’une tour creuse coiffée d’un pavillon ajouré dans lequel on hissait une lampe allumée, dès la nuit venue.

En France, on ne compte aujourd’hui plus qu’une centaine de ces pittoresques vestiges : la période Révolutionnaire leur fut particulièrement néfaste et, plus récemment, il est possible que certaines n’aient pas suivi la délocalisation des cimetières, obligés de se déplacer pour cause de santé publique.

Plusieurs hypothèses ont été émises quant à leur destination finale, bien souvent sans trop de certitude.

Construites pour la plupart aux abords des cimetières, elles jouaient un rôle de « phare » destiné à guider les âmes des disparus vers le repos éternel. Ainsi, la présence d’une lanterne des morts peut, si elle n’a pas été déplacée, matérialiser l’emplacement d’un lieu de sépulture aujourd’hui oublié.

La lanterne des morts de La Souterraine provient de l’ancien cimetière du faubourg Saint-Michel. Elle se compose d’une colonne hexagonale et d’un lanternon pyramidal se terminant par une croix en pierre. Le lanternon a été refait en 1850 lors de son installation dans le nouveau cimetière. Le fût de la colonne est percé d’une porte rectangulaire à sa base et de six petites baies en plein-cintre à son sommet. Les quatre conifères encadrant la lanterne des morts ont été abattus au cours de la tempête de décembre 1999.